L'art du Noir & Blanc
Retour site InserInfo

 

PATRICK JACQUOT ARTISTE LORRAIN
GALERIE NOIR & BLANC
GALERIE COMMENTEE
MES PRESTATIONS

 

Patrick JACQUOT

Né le 27/02/67 à Baccarat (54)

 

 

 

        À l’origine je suis un philatéliste passionné, le début de ma collection remonte à 1980.

J’ai toujours considéré le timbre-poste comme une œuvre artistique à part entière.

 

Il y a en aval tout un travail préparatoire effectué par un artiste reconnu mandaté par le Ministre des Postes. Il dessine d’abord d’esquisses, de dessins voire dans certains cas des maquettes soit à l’aquarelle ou à l’huile en traitant du sujet sous différents aspects. Puis certaines sont envoyées aux instances concernées.

 

Ensuite, une commission de sélection est constituée et n’en garde qu’une. La maquette retenue est confiée à un maîre-graveur de l’atelier du timbre-poste à Périgueux. Il en grave un poinçon sur acier doux à partir d’un document agrandi et le restitue dans le format du timbre dans le sens inverse de son impression. On en imprime ensuite une multitude d’essais de couleur dont un seul est retenu signé, daté et légendé << BON A TIRER >>.

 

 

Biographie

 

 

            Le timbre qui a déclenché ma passion pour le dessin d’architecture est celui du  PALAIS DE JUSTICE DE RENNES  émis en 1962. S’en est suivi un vif intérêt pour ce type de travail. Il se poursuit d’ailleurs encore aujourd’hui. L’ensemble de mes dessins d’architecture est des créations qui évoluent au fil de l’avancé du travail et aucun travail préparatoire n’existe. C’est du direct sur feuille. 

  

           En novembre 1999, je me suis lancé dans le dessin de portraits noir et blanc de célébrités. J’y ai d’ailleurs gagné quelques commandes pour des particuliers. Le point de départ de mon travail est le plus souvent des photos en couleurs sélectionnées sur des magazines ou des photos confiées par des particuliers. Je les réinterprète ensuite avec une gamme de vingt crayons de papier. J’observe le modèle avec une très grande attention pour en étudier la moindre zone d’ombre et de lumière. J’en arrive à un travail fini plus que réaliste, plein de vie, de délicatesse, de mouvements er d’émotions. J’y attache une très grande importance CAPITALE. Dans une démarche similaire, j’ai le même respect pour le corps nu féminin.

        À partir de septembre 2002, je suis avec assiduité des cours de dessin de portraits et de nus féminins donnés par Alain Piscaglia aux Amarres, un bénévole. Cela m’a permis d’améliorer considérablement la technique que je n’avais pas auparavant.

 

         En septembre 2004, j’ai débuté dans la photographie, ce qui m’a conduit à réaliser 1500 photos sur les travaux de restauration de la place STANISLAS. J’ai ainsi écrit et budgétisé un projet d’exposition composé d’une sélection de 45 photos. Celle-ci était itinérante dans les différents Centres Médicaux Sociaux et Mairies de la ville de Nancy. Elle s’est déroulée de mai à décembre 2005 et a été incluse dans les manifestations pour les 250 ans de la place

 

        Pour moi dessins et photos sont intimement liés donc indissociables. Car dans un cas comme dans l’autre, l’objectif reste le même la recherche des ombres, des lumières et des volumes mais aussi la netteté des reflets en milieu aquatique, dans les vitrages ou sur les carrosseries de véhicules.

 

         J’éprouve aussi un très grand plaisir des clichés de vitrines de magasins de préférence de nuit. Car il est très difficile d’en réaliser de bons clichés. Il y a plusieurs facteurs qu’il faut prendre en compte comme :

 

- La distance

- La lumière intérieure de la vitrine

- La lumière extérieure de la rue

- Les angles de prises de vue

 

  • Mais surtout le réglage adapté de l’appareil photo, ce qui permet d’éviter les prises floues ou de mauvaises qualités. Vous le constaterez sur bon nombre de prises. J’en obtiens des effets de lumière, de hauteur vertigineuse impressionnante. On le remarque bien sur les prises de la Basilique Saint-Epvre.